COMMENTAIRES SUR LES POLITIQUES

PAS vous invite à nous
partager vos commentaires
et vos idées. Les commentaires
seront modérés pour la
pertinence et la civilité.

UN COUP D’OEIL EN PAS-SANT : BETH STEWART

par Erica Lindsay Walker, vice-présidente, les services éducationels
traduit par Doug Walker, directeur général

Sur le site Web de Beth Stewart, je parcourais une page de dessins délicats d’oiseaux lorsque, tout à coup, cette image est apparue au bas de la page. C’était tellement inattendu que je n’en croyais pas mes yeux. J’étais curieuse de l’examiner moi-même de près. Immédiatement, j’en suis tout de suite tombée amoureuse.

Jelly Beans on Broadcloth

Jelly Beans on Broadcloth

Cette miniature nature morte, de quelques centimètres de long, ressemble le plus au pop art, de tous les dessins au crayon que je n’ai jamais vus. L’image, bien sûr, est absolument réaliste, bien véhiculée avec beaucoup de subtilité. Pourtant, il intègre plusieurs éléments caractéristiques du Pop Art classique, des teintes vives et plates, de gros traits noirs au style « bande dessinée » et — chose résolument et allègrement artificielle — dans ce cas, des bonbons-haricots.

La première chose qui m’a beaucoup étonné était les couleurs : planes, intrépides et optimistes. La conception graphique de Stewart est très bien pensée. Les couleurs sont toutes assez vives, mais elle a recours au blanc pour les équilibrer et elle les a disposées pour qu’aucune d’entre elles ne se détache au détriment des autres. Elles sont toutes criardes, mais ce sont des couleurs qui s’harmonisent très bien — comme des gens dans une soirée qui parlent tous en même temps.

Stewart s’amuse également en avançant et en éloignant les couleurs pour que le violet timide s’assoie à côté du rouge agresseur et le jaune écarte le turquoise du coude. Nous savons que les bonbons-haricots sont tridimensionnels ; pourtant, en les regardant de près, c’est d’ailleurs frappant de constater comment minimes sont les différences qui rendent cet effet possible. Une tranche fine d’ombre, des rehauts très nuancés et avec des mouvements délicats de la couleur modulée — qui montre que cette œuvre est beaucoup plus subtile qu’elle n’y paraît de prime abord.

À cela s’ajoutent les formes. Il y en a une très grande variété dans cet espace minuscule! Bien sûr, les bonbons-haricots ont des formes analogues, mais Stewart a su trouver des méthodes véritablement ingénieuses pour les varier : d’allonger légèrement l’un, de faire un autre plus rond, etc. Le reste des formes n’est que des coins et des angles, comme une énigme intrigante. Elles contrastent avec les ovales lisses et s’harmonisent sans, toutefois, être répétitives. Pendant ce temps, comme un hôte consciencieux qui veut s’assurer que tout le monde passe du bon temps avec d’autres personnes, la ligne noire serpente ici et là parmi eux. En tant que spectateur, je sais que je m’amuse énormément en observant le tout !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>