COMMENTAIRES SUR LES POLITIQUES

PAS vous invite à nous
partager vos commentaires
et vos idées. Les commentaires
seront modérés pour la
pertinence et la civilité.

UN COUP D’OEIL EN PAS-SANT : MIKE SIBLEY

par Erica Lindsay Walker, vice-présidente, les services éducationels
traduit par Doug Walker, directeur général

Bindweed and Hoverfly

Bindweed and Hoverfly

À mes yeux, cette œuvre est l’un des plus beaux et plus satisfaisants des dessins en graphite de Mike Sibley. C’est comme une riche tapisserie médiévale, ou des compositions florales de l’art néerlandais du XVIIe siècle qui montrent des merveilles et des mystères du monde naturel.

Lorsque j’ai vu cette œuvre, la chose qui m’a immédiatement frappé est que, tranquillement et mystérieusement, tout est plein de vie. Il est, je suppose, sur le plan technique, une nature morte, mais c’est une œuvre qui n’a rien à voir avec l’immobilité. Il y a tellement de lignes courbes : des tiges, fleurs et feuilles en forme de cœur. L’image entière semble vibrer avec une grâce si lente et sinueuse qu’on a l’impression de voir pousser le liseron.

Pour contrebalancer cela, l’artiste a introduit deux éléments spéciaux comme ballast : la branche et le syrphe. Ces éléments fonctionnent différemment, mais de manières très efficaces. Chacun des deux propose un contraste : l’un d’énergie, l’autre de forme. Le syrphe, par exemple, suggère la fuite. Il crée une certaine tension, car nous savons qu’il partira dans un moment. La branche, par contre, est une ligne droite verticale. Placée près du centre de l’œuvre, elle agit comme un point d’ancrage, en nous empêchant de nous sentir étouffés. Cependant, même qu’elle a une sensualité, s’appuyant sur les tiges sinueuses, comme par une étreinte.

Bien qu’il s’agisse d’une image fort détaillée où il y a tellement de choses complexes qui se passent, il n’y a pas la moindre confusion. Cela s’explique avant tout par l’utilisation des teintes de couleur. Les tons clairs, moyens et sombres étant tous si bien exprimés, tous les plans de profondeur sont distincts et clairs. Les teintes sombres sont si profondes que j’aimerais écarter le rideau de feuilles pour voir ce qui se cache derrière. Délicatement nuancées pour exprimer leur forme, les fleurs sont d’une blancheur presque crémeuse. Elles se démarquent du reste de l’œuvre, sans pour autant être écrasantes, mais sans se perdre…

L’ironie, c’est que l’on peut facilement s’y perdre : je pourrais longtemps regarder
« Bindweed and Hoverfly » sans jamais m’en lasser. Merci à l’artiste pour cette œuvre si belle et captivante!

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>